Orgie de Pier Paolo Pasolini

Vendredi 10 mai 2019

Mise en scène : Jean-Michel Potiron ; Jeu : Mathieu Dion, Géraldine Dupla, Eva Courgey ; Musicien : Léon Jodry ; Scénographie : Pia de Compiègne ; Costumes : Nadia Genez ; Lumières et vidéo : Christophe Monterlos ; Assistant à la mise en scène : Gilles Perrault ; Administration : Julie Bloch

Co-production : Ma Scène Nationale de Montbéliard, Centre de Culture ABC de La Chaux-de-Fonds avec le soutien de la Friche artistique de Besançon et la Maison Jacques Copeau de Pernand-Vergelesses (Beaune).

Orgie de Pier Paolo Pasolini, c’est l’histoire d’un homme qui bat sa femme… avec son consentement. Ils ont une sexualité différente, ils sont sado-masochistes, ils revendiquent le droit à leur sexualité différente...

Lorsqu’il écrit Orgie, Pasolini ne délivre aucune aide pour la mettre en scène. Aucune didascalie, aucune indication scénique ne viennent à l’appui. Il s’agit d’une des pièces les plus difficiles à monter. C’est pourquoi elle donne très envie. Avec les comédiens, il s’agit de relever le défi. Plus que jamais, le partage de cette difficulté avec les spectateurs paraît être devenu une nécessité, de même que l’obtention et l’exercice de ce droit paraissent devenus une urgence.

Difficile par la forme (Pasolini parle d’un théâtre de poésie), la pièce l’est également par le fond. Un couple sado-masochiste revendique le droit à la différence. Avec les théâtres qui seraient gênés aux entournures pour programmer ce type de spectacle (avec les autres non), nous pourrions réfléchir aux circonstances, au contexte, au type d’accueil pour cette pièce. Par exemple, nous pourrions proposer des horaires spéciaux vers 23 heures ou minuit, lorsqu’une fois les enfants couchés les adultes restés entre eux peuvent se dire et partager des choses…A l’épisode 2 (Orgie de Pasolini comprend un prologue et 6 épisodes), on assiste à leur relation sexuelle ou plus exactement aux préliminaires de leur relation. L’homme annonce à la femme ce qu’il va lui faire. Ils se défient. Ils procèdent par des surenchères. Tous les deux jouent à « comment aller toujours trop loin ». D’abord, il dit qu’il lui attachera les mains, puis qu’il la frappera à coups de pieds et à coup de poings, qu’il la livrera à des inconnus, qu’il ira ensuite noyer leurs enfants dans une bassine d’eau, etc. La femme lui en demande toujours plus. Et soudain, à la fin de la scène, l’homme passe à l’acte.

  • Vendredi 10 Mai 2019 – 22:00

  • Forum St-Georges, Delémont
Organisation